ça te tente?

Éco-conseiller,

TU AS…

  • La capacité pour le travail d’équipe

  • Une bonne facilité pour la communication écrite et orale

  • Des aptitudes en sciences

  • De l’habileté dans l’analyse et la résolution de problèmes

  • Des aptitudes dans la résolution de conflit

 

TU TE VOIS…

  • Croire en la protection de l’environnement

  • Faire preuve d’honnêteté et avoir du respect pour les règles d’éthique

  • Rédiger, communiquer et informer

  • Résoudre des situations problématiques

  • Être ouvert d’esprit

 

LE MÉTIER D’ÉCO-CONSEILLER POURRAIT T'INTÉRESSER!

L’éco-conseiller donne des conseils dans le domaine de l’environnement, gère des équipes multidisciplinaires et communique avec le public. Il diagnostique les problèmes afin de mieux faire circuler l’information et cherche à concilier les intérêts parfois contradictoires d’industries, de groupes écologistes et de résidants. Il analyse, planifie et met en application des projets de développement durable. Il peut autant travailler comme expert-conseil qu’en tant qu’employé d’une municipalité ou d’un gouvernement.

 

LA SCOLARITÉ NÉCESSAIRE :

Un DESS (diplôme d’études supérieures spécialisées) en éco-conseil (il faut généralement être titulaire d’un baccalauréat en sciences de la nature, génie, sciences appliquées, sciences humaines, sciences économiques, sciences de l’administration d’une université reconnue ou d’un diplôme jugé équivalent pour être admis dans le DESS en éco-conseil).

 

LES CONDITIONS DE TRAVAIL :

  • Semaine de travail moyenne de 35 à 40 heures

  • Quarts de travail réalisés à l’extérieur et à l’intérieur

  • Salaire variant de 22 $ à 42 $ l’heure (Emploi-Québec, 2009)

 

L'INSTITUTION D’ENSEIGNEMENT :

  • Université du Québec à Chicoutimi

TÉMOIGNAGE

Son nom : Simon Gaboury

Son métier : Chargé de projet en éco-conseil

Son employeur : Chaire de recherche et d’intervention en éco-conseil ®, Université du Québec à Chicoutimi

Son patelin : Chicoutimi (Saguenay-Lac-Saint-Jean)

Ce qu'il a à dire : « Cherchant à concilier des considérations économiques, sociales et environnementales, c’est aujourd’hui grâce à l’approche de l’éco-conseil qu’il peut mieux jongler avec ces dimensions dans les contrats qu’il réalise en tant que chargé de projet.»

1/5
BON À SAVOIR
  • Inspiré de formations universitaires européennes, le programme de formation en éco-conseil existe depuis 2001. C’est l’unique programme en Amérique du Nord qui mène à l’obtention du titre d’éco-conseiller diplômé.

  • L’éco-conseiller peut autant travailler comme expert-conseil qu’en tant qu’employé d’une municipalité, d’un gouvernement ou d’une entreprise privée, au sein des collectivités, des administrations publiques, des associations et des entreprises pour mettre en œuvre, suivre et évaluer des projets de développement durable.

  • L’éco-conseiller doit se tenir à l’affût des nouveautés dans son domaine afin de pouvoir proposer des solutions créatives et adaptées aux problèmes de ses clients.

Ce site, offert par l'Association forestière des deux rives, vise la promotion des métiers de la forêt et du bois.

870, avenue de Salaberry, bureau 103

Québec (Québec) G1R 2T9

af2r.org  |  418 647-0909  |  info@af2r.org